La tortue d'Hermann

Source : Dinosoria


On attribue à la tortue une lenteur légendaire. Pourtant, la tortue d’Hermann (Testudo hermanni) est capable de marcher rapidement et d’escalader des obstacles. Cette tortue de terre vit dans les terrains broussailleux du sud de l’Europe.
Jadis, cette tortue peuplait la moitié du sol français. La tortue d’Hermann ne survit plus aujourd’hui que dans deux départements.


Puce Classification et habitat

La tortue d’Hermann fait partie de l’ordre des Chéloniens et de la famille des Testudinés.
Il existe deux sous-espèces :

Testudo hermanni hermanni qui vit essentiellement à l’ouest, forme occidentale
Testudo hermanni boettgeri qui vit à l’est, forme orientale
Testudo hermanni hermanni est originaire du sud de l’Europe. C’est elle que l’on trouve dans le sud de la France. On l’a trouve également en Espagne et en Italie.

Tortue Hermann

Tortue Hermann

Testudo hermanni boettgeri vit dans les Balkans.
La destruction des forêts a obligé cette tortue à occuper le maquis méditerranéen.


Puce Caractéristiques de la tortue d’Hermann

La tortue d’Hermann possède des écailles à la coloration jaune olive avec des régions noires. Le plastron est jaune marron clair avec des zones noires.
Pour les deux sexes, on trouve sur la pointe de la queue une griffe cornée.
Il existe une différence de taille entre les mâles et les femelles :
   T. h. hermanni : mâles jusqu’à 14 cm et femelles jusqu’à 16,5 cm
   T. h. boettgeri : mâles jusqu’à 19 cm et femelles jusqu’à 20 cm avec un maximum de 26 cm

Tortue Herman

By Richard Mayer


Le record de longueur appartient à une femelle de T. h. boettgeri que l’on a retrouvée en 1918 en Bulgarie et qui mesurait 30,3 cm.
Le mâle possède un plastron légèrement concave alors qu’il est plat chez la femelle. En outre, le mâle possède une queue plus longue et plus grosse.


Puce Mode de vie

La tortue d’Hermann aime la chaleur comme tous les reptiles et elle a besoin de maintenir la température de son corps entre 25° et 30°C.
Cependant, en cas de sécheresse, elle peut mourir de déshydratation. Aussi, en été, cette tortue préfère sortir aux heures les plus fraîches de l’aube ou du crépuscule.

Tortue Hermann

By Richard Mayer


Les incendies de forêts, en région méditerranéenne, ainsi qu’un braconnage intensif font peser une grave menace sur l’une des seules tortues terrestres d’Europe.
La tortue d’Hermann est strictement protégée. En France, leur commerce et leur détention sont interdits.
Dans les pays où elle est très abondante, comme l’Albanie, la tortue d’Hermann peut causer de sérieux dégâts dans les potagers.
Cette tortue se déplace bruyamment dans son environnement. Elle peut marcher elativement vite et surtout très longtemps pour rechercher sa nourriture.
Il arrive même qu’elle franchisse des obstacles impressionnants.

Tortue Blesse

Cette tortue d'Hermann a été blessée par une debroussailleuse. Sans soins, elle est condamnée
(© Michel Blanc)


Elle apprécie les pousses tendres des végétaux, les fruits mais s’accommode également à l’occasion d’escargots et de limaces.
Cependant, c’est une tortue avant tout végétarienne.
La tortue d’Hermann boit très peu sauf lorsqu’il fait très chaud.
En captivité, l’erreur la plus courante est de leur donner exclusivement de la salade et des tomates. C’est un menu très pauvre qui créé de graves problèmes de croissance.

Tortue Hermann

By Richard Mayer


L’idéal est qu’elles puissent se nourrir d’herbes naturelles comme elles le font dans leur biotope d’origine.
Il est très déconseillé de leur donner des protéines d’origine animale.


Puce Reproduction et comportement

Bien que peu agressive, la tortue d’Hermann manifeste parfois sa mauvaise humeur en soufflant avec force.
A l’époque de la reproduction, à partir du mois d’avril, de violents combats s’engagent entre les mâles.
es fortes griffes que portent ces tortues à l’extrémité des pattes occasionnent parfois de graves blessures aux combattants.
Pendant la parade nuptiale, le mâle poursuit la femelle en lui mordant les pattes et la tête. Cela peut d’ailleurs provoquer de graves lésions.
Il utilise l’éperon corné de sa queue pour stimuler la femelle au niveau de la région cloacale.
La femelle enfouit dans le sable, en mai et juin, ses œufs blanchâtres dont le diamètre est d’environ 35 mm.
   Testudo hermanni hermanni : 3 œufs en moyenne par couvée. Il peut y en avoir plusieurs dans l’année
   Testudo hermanni boettgeri : 5 à 8 œufs en moyenne

Tortue Hermann

© M. Avanzi

Les jeunes voient le jour entre la fin août et début septembre. Selon la température de la terre dans laquelle les œufs ont été enfouis, il naîtra des mâles ou des femelles.

   Au-dessus de 31,5°C : uniquement des femelles
   Au-dessous de 31,5°C : uniquement des màles

VV.B (07.03.2007)
Source : Dinosoria


Puce Classification

Règne Animalia
Embranchement Chordata
Classe Reptilia
Ordre Chelonii
Famille Testudinidae
Genre Testudo


Puce Bibliographie

Les tortues terrestres, M.Avanzi. Editions de Vecchi. Magazine Les dossiers découvertes N°6. La Tortue, collection Marshall Cavendish. Les tortues, Editions Atlas


Puce Découverte d'autres tortues terrestres

fleche La tortue terrestre (caractéristiques, espèces)
fleche Tortue géante des Seychelles
fleche Tortue sillonnée

< Encyclopédie des Tortues



Copyright 2014 | designed by Arnaud Cornu


Valid XHTML 1.0 Strict Valid CSS! Level A conformance icon, W3C-WAI Web Content Accessibility Guidelines 1.0